Il est attrayant de constater que chaque 26 janvier depuis 11 ans il neige. Je l'ai vu certaines fois tomber avec rage, d'autres fois abondante, opaque mais douce. Peut importe la manière avec laquelle elle se manifeste, elle est toujours au rendez-vous.

Je dois avouer que j'y ai toujours rattaché une superstition; chaque année son rythme semble annoncer de manière impromptue cette année qui vient de débuter. De manière non-scientifique ça me réconforte.

Ironiquement il faisait un froid glacial et le ciel était vide ce jour là où tu as décidé d'en finir. Et puis par la suite vint chaque année cette neige...j'aime croire que tu me l'envoi en guise de réconfort, tout du moins chaque fois que je la regarde c'est cet effet qu'elle me fait. Parfois même on aurait dit que tu ressentais ma surdose de travail et que ça t'arrangeais de m'envoyer une tempête pour m'offrir du répit!x3

Cette année ces flocons sont doux, paisibles et si évocateurs...ils m'apaisent tout bonnement, j'ai hâte de sortir et de m'y mêler tantôt. Car oui, même aujourd'hui je dois m'acquitter de mon travail, je suis incorrigible tu sais! Les gens ne changent pas en vieillissant, ils empirent!x3

Mais ne t'inquiète pas, je ne t'oublis pas pour autant, je vais sans doute ouvrir un paquet de cigarettes et une bonne bouteille ensuite, mais avant je vais manger un St-Hubert comme jadis. Pour le reste je ne sais pas encore, mais je vais le faire d'un point de vue optimiste pour sûr.

Car tu sais, même si tu me manques énormément, et que en ces heures je ne peux nier que j'aimerais plus que tout partager ce bonheur qui est nôtre avec toi, je ne t'en veux pas. J'imagine que moi et maman on a ressentit longtemps cette douleur certes parce qu'on perdait une personne qu'on aime beaucoup, mais surtout au nom de cette douleur qui te rongeait à ce point!

Maintenant, j'ose croire que 11 ans plus tard tu ne la ressens plus et que tu tiens cette promesse que tu nous a faites dans cette dernière lettre, soit d'être toujours avec nous. Ces jours-ci je ressens ton influence plus que jamais. Je la ressens toujours depuis. Tu m'as appris bien des choses, mais surtout ce privilège que nous avons de vivre pour nous accomplir. Par conséquent je serai cinglé de laisser passer cette chance. Chaque jour j'y mords à pleines dents, crois-moi!

Tu me pardonneras de ne pas aller te porter cette lettre, mais vois-tu, il fallait y penser à deux fois papa avant de mourir en hiver, car tu sais très bien que les visites sont impossibles en cette saison!x3

Mais bon, je vais être une bonne fille et dès le printemps j'irai, je te le promets et comme à chaque fois moi et maman on va fumer une cigarette assises prêt de la fosse et on va en planter une pour que tu puisses en bénéficier aussi, ce serai agace et injuste sinon!

Je t'aime papa!<3